Scooter électrique personnel ou scooter en libre-service : que choisir ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ce n’est plus un secret, les deux-roues électriques sont particulièrement plébiscités dans un contexte urbain depuis quelques années. Ainsi, que ce soit dans les principales métropoles de France ou dans des villes de plus petites densités, le scooter électrique est devenu une véritable alternative et un moyen de transport simple pour faire ses trajets du quotidien. Toutefois, avec l’arrivée des scooters électriques en libre-service, notamment dans d’immenses villes comme Paris ou Bordeaux, la question se pose d’opter pour un scooter personnel ou d’utiliser les services urbains mis à disposition. On fait le point en abordant les avantages et inconvénients de chaque solution.

Le scooter électrique personnel, un véhicule vite rentabilisé

La majorité des trajets qui sont faits par un scooter électrique concernent ceux du domicile au travail, et inversement. À Paris, cela représente même plus de 80 % des déplacements en semaine, avec une distance moyenne de 2,5 km par trajet. Considérant que les véhicules thermiques utilisent plus de carburants pour ce type de petites distances, il est clair que la rentabilité du scooter électrique n’est plus à prouver.

Bien entendu, avoir un scooter électrique à soi, c’est aussi :

  • disposer d’un véhicule n’importe quand, n’importe où, à n’importe quel moment ;
  • maîtriser le coût du véhicule au-delà de l’investissement à l’achat ;
  • pouvoir garer son véhicule au plus pratique pour soi et sans encombre.

Il est vrai que dépendre d’un service de libre-service peut être handicapant pour les trajets improvisés ou imprévus. D’où l’intérêt d’avoir un scooter électrique à soi, d’autant plus qu’il est possible de percevoir une aide financière pour son achat, sous certaines conditions.

Le libre-service, un modèle pas si économique

Tout comme les trottinettes et les vélos, les scooters électriques ont fait leur apparition dans les grandes villes de France en libre-service. Néanmoins, utiliser uniquement ce modèle est compliqué au quotidien, surtout si on ne vit pas près d’une station. Dans ce cas de figure, il est nécessaire de se déplacer là où se trouvent les premiers scooters électriques en libre-service, ce qui peut représenter une importante distance selon les situations.

De plus, à raison d’un trajet de 15 minutes, à environ 0,35 euro par minute, soit plus de 5 euros au total, la facture hebdomadaire peut s’avérer bien plus salée qu’on l’aurait pensé.

Évidemment, le libre-service permet de se décharger de la contrainte des recharges, surtout si l’usager habite en appartement. Toutefois, hormis les stations de recharge qui tendent à se déployer de plus en plus dans toute le France, de nouvelles solutions basées sur l’échange de batteries sont de plus en plus populaires. Dans Paris, ce type de stations se répand tout particulièrement, en partie sous l’impulsion des nombreux prestataires de transport en scooter électrique.

Partant de ce postulat, et en ajoutant l’épidémie de Covid qui sévit depuis 2 ans, il semble plus avantageux, et surtout plus pratique et économique à plus d’un titre, d’investir dans son propre deux-roues électrique.

Vous n’êtes pas passé à l’électrique ? Si vous le souhaitez, renseignez vous sur nos modèles de scooter ou moto électrique et réservez votre essai gratuit pour vous faire votre propre idée !

Ressources complémentaires : actualités e-mobilité

Ressources complémentaires : actualités e-mobilité