Comparatif scooter électrique vs vélo électrique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les intérêts de l’électromobilité ont retenu votre attention. Le scooter électrique et le vélo à assistance électrique (VAE) vous intéressent. Il reste à fixer votre choix avant de vous rendre chez un vendeur afin d’acquérir l’outil qui va vous accompagner dans vos déplacements quotidiens, vous avez besoin d’un comparatif scooter électrique vs vélo électrique.

Un choix important car les déplacements se convertissent en pause agréable ou en corvée innommable selon l’adéquation ou non du choix et de vos aspirations.

L’option sélectionnée devra tenir compte de vos contraintes et de vos finalités. Cela conduit à vous interroger sur :

  • la sécurité de vos déplacements, de vos passagers éventuels  et de votre matériel ;
  • le coût à prévoir, tant à l’achat qu’à l’usage sans omettre les aides inhérentes à chaque catégorie de deux-roues ;
  • l’agrément que vous attendez (confort, vitesse, stationnement, recharge…).

Comparons successivement ces facteurs de choix d’un scooter électrique ou d’un vélo électrique.

La sécurité de vos déplacements, de vos passagers éventuels  et de votre matériel

Elle dépend naturellement de la vigilance de l’utilisateur et de la responsabilité Les campagnes sur la sécurité routière le rappellent régulièrement.

Tous les médias dénoncent sans cesse les risques de la circulation sur des deux-roues. Non protégé par une carrosserie, l’utilisateur est trop souvent victime d’incivilités D’autres usagers lui manquent de respect.  Ouverture inopinée d’une portière, collisions représentent des risques de dommages corporels. La mortalité dans la catégorie des deux-roues motorisés baisse sensiblement selon les bilans de la sécurité routière. A l’inverse, les chiffres concernant  les cyclistes restent mauvais.

Comment expliquer cette divergence ? Sans doute par la formation et les équipements. Les conducteurs de scooters nés après 1988 doivent être titulaires du Brevet de Sécurité Routière. Il acquièrent ainsi une  sensibilité  au respect du Code de la route. D’autant que parmi les plus jeunes, beaucoup s’initient à la conduite accompagnée en préparant  le permis auto. Les conducteurs de scooters portent obligatoirement un casque et des gants homologués. Un rétroviseur et un feu de croisement équipent leurs engins. Le matériel des cyclistes  se révèle plus aléatoire. tous n’ont pas suivi une formation au Code de la route. En outre, seuls les moins de douze ans sont contraints au port du casque. L’utilisation d’un gilet haute visibilité ne concerne que les déplacements hors agglomération dans des conditions de faible visibilité. La sonnette et les feux de position n’assurent pas la perception de leur présence par des conducteurs d’autres véhicules. Enfin, la maniabilité des vélos les incite peut-être à s’autoriser quelques libertés avec le Code de la route.

Gravage, antivol, alarme, système de géolocalisation favorisent aussi le scooter électrique sur le vélo électrique concernant les risques de vol.

Comparatif des coûts à prévoir pour un scooter électrique et un vélo électrique

Le scooter électrique plus cher que le vélo électrique 

Les gammes de prix varient notablement dans les deux catégories. À partir de 1799 €, vous deviendrez l’heureux possesseur d’un scooter électrique NIU. Des modèles Super Soco et Silence seront accessibles respectivement à partir de 2690 et 3600 €. Voir l’article sur l’article sur les meilleurs scooter électrique de 2020.

Le prix moyen d’un vélo électrique s’établit aux environs de 1750 €. Mais le marché offre des produits susceptibles de vous séduire quitte à débourser sensiblement  plus.

Prévoyez toutefois des équipements complémentaires. Car rouler en scooter exige un casque moto et des gants (comptez 300 €). Pas question d’oublier  une assurance (300 €). Un antivol fiable coûtera de 70 à 100 €. Cette dernière dépense n’est pas légalement indispensable. Mais votre assureur la demandera  pour activer la garantie contre le vol.

Sur ce point, le VAE se révèle plus économique. Le casque est recommandé mais il ne constitue pas une obligation pour les cyclistes de plus de 12 ans. L’assurance n’est pas obligatoire tant que la puissance du vélo ne dépasse pas 250w et que l’assistance n’est pas activée au-delà de 25 km/h. Vous pouvez toutefois souscrire une police responsabilité civile et la compléter par d’autres garanties couvrant les vols et dégradations. Votre assureur vous fournira un devis immédiat en fonction du modèle, de votre zone géographique et des options choisies. Comptez 50 à 500 € par an.

Les aides donnent par contre un coup de pouce plus généreux au Scooter électrique qu’au vélo électrique

Penchons nous sur les aides accordées à l’acheteur.

L’acquéreur de vélo peut prétendre à une prime 200 € de  l’État. Sous condition toutefois de ne pas dépasser un plafond de ressources. Le revenu fiscal de référence par part devra rester  inférieur ou égal à 13 489 € l’année précédant l’acquisition du vélo. Des aides des collectivités sont également versées sur certains territoires. Retrouvez les détails sur le site du service public.

Une prime écologique d’au maximum 900 € est accessible à l’acheteur de scooter électrique. Ce  sur toute la France sans conditions de ressources. Elle se cumulera éventuellement avec une prime à la conversion ainsi que  des aides des collectivités sur certains territoires. Retrouvez les détails sur le site du gouvernement.

Des dispositifs fiscaux de nature à rééquilibrer l’avantage apparent du VAE sur le scooter électrique !

Comparatif de l’agrément que vous procureront un scooter électrique et un vélo électrique

Confort et aspects pratiques, lequel choisir ?

Selles, amortisseurs, dimensions et rayon des pneus  confèrent un avantage certain au scooter électrique face au vélo électrique. Le scooter est propulsé par un moteur électrique. Cela signifie que sa propulsion est due à une mécanique sans sueur humaine. En outre, il est possible de transporter un enfant jusqu’à 14 ans s’il est équipé pour cela. Au-delà, il convient de vérifier si le certificat d’immatriculation mentionne 1 ou 2 places assises.

Le vélo électrique est compatible avec le transport d’enfants à condition d’utiliser des équipements homologués. Plus difficile de transporter un adulte, tant pour des raisons légales que pratiques. Bien sûr, une remorque ou les équipements d’un tandem permettent de l’envisager. Mais n’oublions pas que le VAE, bien qu’il dispose d’une assistance électrique, reste un vélo. L’effort humain contribue à sa propulsion. Cela reste d’ailleurs un des arguments de ses partisans qui vantent les effets bénéfiques sur la santé de l’exercice physique qu’il requiert.

Quel est le plus rapide des deux engins électriques, le scooter ou le vélo ?

La réponse semble évidente dans la mesure où un scooter électrique équivalent 50 cm3 roule à 45 km/h.  Les équivalents 125 cm3 roulent sensiblement plus vite. Par exemple 90 km/h pour le Super Soco CP.

Un VAE roule au plus à 25 km/h. Au-delà, l’assistance s’arrête. Le scooter disposerait donc d’un avantage de 20 km/h.

La réalité sur le terrain se révèle cependant plus nuancée. En ville, le scooter n’atteindra pas forcément sa vitesse limite. D’ailleurs, certaines zones affichent désormais des vitesses limitées à 30 km/h. Le vélo électrique peut rouler sur des pistes cyclables et dans les voies de bus, d’où un gain de temps potentiel. Plus maniable, il se faufile très aisément dans un trafic dense. Arrivé à destination, le comparatif scooter électrique contre vélo électrique tournera à l’avantage du second nommé car son utilisateur ne perdra pas de temps à le garer. Il peut être laissé partout à condition de ne pas gêner alors que le scooter électrique doit être rangé sur des emplacements spécifiques. En règle générale, des trajets courts en agglomération aux heures de grande circulation favoriseront le vélo électrique. A l’inverse,  le scooter électrique bénéficiera de distances plus longues comprenant des parcours hors centres des villes

Lequel vous amènera à destination sans panne d’énergie? 

L’autonomie d‘un scooter électrique milieu de gamme est d’environ 65 km. Celle d’un vélo électrique semble un peu supérieure, de l’ordre de 70 km. Mais l’autonomie d’un véhicule électrique dépend de plusieurs facteurs dont le poids de l’utilisateur, la température extérieure, l’utilisation éventuelle d’accessoires. Sans oublier  les effets d’un parcours plat ou vallonné, d’une conduite nerveuse sur le scooter ou d’un effort humain plus ou moins important sur le vélo. Mieux vaut se montrer prévoyant et éviter la panne d’énergie. Car un vélo électrique, plus lourd qu’une simple bicyclette, exige une dépense musculaire vite pénible sans assistance. La sanction sera encore plus lourde pour le pilote de scooter condamné à le pousser ou à appeler une assistance. Mais faisons confiance à la réflexion des utilisateurs d’engins à mobilité électrique pour parer ce genre de risques.

Comparatif scooter électrique vs vélo électrique, chaque machine se bat avec ses armes. A vous de choisir la plus compatible avec ce dont vous avez besoin ou/et envie lors de vos déplacements !

Contact