Scooter électrique avec ou sans permis : le point sur la réglementation

Vous avez envie de conduire un scooter électrique ? Excellente nouvelle, car ceux-ci sont extrêmement fiables, non polluants, silencieux et particulièrement utiles dans les grandes villes. Certains scooters électriques peuvent même – sous certaines conditions – se conduire sans permis. Mais avant de plonger dans la réglementation en vigueur, il faut comprendre comment sont organisés les différents types de scooters. 

La différence majeure entre le scooter thermique et le scooter électrique est son moyen de propulsion. Pour simplifier la comparaison, on exprime la puissance électrique en kW avec une équivalence en centimètres cubes (ou « cc ​ »). C’est une manière pratique d’évaluer la puissance d’un scooter électrique. Et c’est ce qui permet de les catégoriser, car tous ne se conduisent pas avec le même permis (et parfois même sans permis). Pour savoir si oui ou non, vous avez besoin d’un permis pour conduire le scooter électrique de vos rêves, suivez le guide !

Le scooter électrique équivalent 50 cc (moins de 4 kW)

C’est le scooter électrique qui est communément appelé scooter électrique sans permis. Sa vitesse est bridée à 45 km/h et c’est une option très populaire pour rouler dans les villes encombrées. Néanmoins, cela ne veut pas dire que n’importe qui puisse le conduire. Pour conduire un scooter électrique de moins de 4 kW (ce qui est donc l’équivalent d’un 50 cc), il faut :

  • Avoir au moins 14 ans.
  • Être titulaire d’un permis AM ou tout autre permis auto ou moto (permis B, A1, A2 ou A).

Le permis AM est le successeur du BSR (brevet de sécurité routière). Il se compose d’une formation théorique et d’un volet pratique. La théorie peut être proposée par les collèges pour les plus jeunes, ou auprès d’une auto-école. La formation pratique est assurée par une école de conduite ou par une association agréée. Elle dure au minimum 8 heures, se déroule sur 2 jours et coûte généralement entre 150 et 400 euros.

Il existe néanmoins une exception pour conduire un scooter électrique sans aucun permis : être né avant le 1er janvier 1988.  Dans ce cas, ni BSR ni permis AM, ni aucun permis n’est nécessaire. Pour tous les autres cas, une formalité ou un permis sera toujours obligatoire. 

Le tricycle ou quadricycle

Particulièrement stables et facilement accessibles à la plupart des personnes vivant en milieu urbain, certains de ces véhicules sont homologués dans la catégorie des motocyclettes et d’autres dans la catégorie des tricycles à moteur. Pour cette dernière catégorie, il est notamment nécessaire que la largeur des deux roues sur le même axe soit égale ou supérieure à 460 mm.

Avec le permis  B, il est possible de piloter des tricycles à moteur comme, par exemple, le MP3 LT 250 (16,2 KW) ou le MP3 400 LT (25 kw). 

Le scooter électrique équivalent 125 cc (de 4 à 11 kW)

Dans cette catégorie, on compare le scooter électrique à un scooter thermique équivalent à 125 cc. Pour le conduire, vous devez :

  • Avoir plus de 16 ans.
  • Disposer du permis A1.

Pour l’obtenir, il vous faudra réussir un examen théorique sur le code de la route et passer une formation de 20 heures, dont 12 heures sur route et 8 heures sur piste. 

Et concernant le permis B, alors ? 

Il existe effectivement la possibilité d’obtenir le permis A1 si vous êtes déjà titulaire d’un permis B (le permis voiture). Pour cela, il vous faudra suivre une formation spécifique de 7 heures (dont le coût varie en fonction des centres de formation). Il est toutefois possible d’éviter de passer par la case formation si :

  • Vous pouvez justifier (par votre assureur) d’une expérience antérieure de conduite à deux-roues,
  • Ou si vous avez obtenu votre permis B (avec l’équivalence A1) avant le 1er mars 1980.

Le permis A1 vous permet donc de conduire un scooter électrique équivalent 125 cc dont la puissance n’excède pas 11 kW. À noter que sa durée de validité est de 15 ans.

Le maxi scooter électrique (de 11 à 35 kW)

Les scooters électriques de 11 à 35 kW (parfois aussi appelés « maxi scooters ​ ») sont des deux-roues solides, puissants et rapides. Pour les conduire, il est nécessaire : 

  • D’avoir plus de 18 ans
  • De disposer du permis A2

Pour obtenir le permis A2, vous devrez réussir une épreuve théorique et justifier d’un minimum de 20 heures de leçon. Dont 12 sur route et 8 sur piste. Avec le permis A2, vous pourrez conduire la plupart des motos du marché, thermiques comme électriques. Ce dernier a également une durée de validité de 15 ans.( à supprimer )

Pour passer à l’étape supérieure, il faudra ensuite basculer sur le permis A et basculer dans le monde des motos électriques.

Maintenant que vous savez tout sur les permis et les formalités nécessaires pour conduire votre scooter électrique, il n’y a plus qu’à choisir. Il existe sur le marché d’excellentes marques comme Silence ou Super Soco. De quoi faciliter vos déplacements quotidiens pour un scooter électrique avec ou sans permis. Enfin, si le permis est important, n’oubliez pas non plus l’immatriculation, l’assurance et les équipements de protection nécessaire pour profiter au maximum de votre nouveau scooter électrique.

Vous n’êtes pas passé à l’électrique ? Si vous le souhaitez, renseignez vous sur nos modèles de scooter ou moto électrique et réservez votre essai gratuit pour vous faire votre propre idée !